L’association BBB fête ses 20 ans. Un événement qui verra la reformation du légendaire Brachay’s Blues Band, à priori pour une date unique, samedi 5 décembre, au Nouveau Relax à Chaumont. Retour sur une destinée musicale et associative intimement liée.

Le point commun entre le Brachay’s Blues Band et l’association chaumontaise BBB, c’est cet amour indéfectible pour le blues. Le premier fut un des meilleurs groupes français du genre à l’aube du nouveau millénaire. La seconde s’emploie depuis vingt ans à proposer du spectacle vivant au public chaumontais.
Il y a eu d’abord La nuit du blues puis les Noct’en Blues, qui fêtent leur dix ans d’existence, et enfin le BBB Blues Club, rendez-vous plus intimiste qui a trouvé ses marques au Nouveau Relax à Chaumont. La prochaine date du BBB Blues Club, la seule actuellement prévue, aura lieu en mars avec, en théorie, un one man band au style Hendrixien.
Pour le plaisir
Mais dans l’actualité plus immédiate de l’association BBB se profile un rendez-vous qui fait d’ores et déjà saliver tous les amoureux du genre musical. Le Brachay’s Blues Band investira la scène du Nouveau Relax, samedi 5 décembre, pour fêter les vingt ans de l’association. En sommeil depuis trop longtemps, le groupe fondé par Miguel Moreno et Lorenzo Sanchez, se reformera pour une date unique, à priori. «C’est le plaisir qui nous guide. On y a tous pensé au même moment. Comme une évidence», assure Lorenzo Sanchez. «Avec la maturité en plus, ça devrait donner quelque chose d’intéressant», poursuit le guitariste emblématique du groupe.
Pour l’occasion, le Brachay’s Blues Band jouera l’intégralité de l’album enregistré en public, au Chesterfield Café (l’actuel House of Live), à Paris, en 1999 (lire en encadré). Le sextet s’y était produit durant deux semaines après avoir remporté le tremplin «Open days» et avoir été sacré meilleur groupe de blues français de l’année.
Samedi, on retrouvera avec plaisir les membres du groupe originel avec plusieurs invités dont le trompettiste Boney Field qui a longtemps soufflé pour Lucky Peterson, Liz McComb et tant d’autres talentueux artistes.
Brachays2
Noël avant l’heure
Que de chemin parcouru depuis les débuts dans une cave du petit village de Brachay ! «On faisait des bœufs pour s’amuser avec mon ex-beau-frère qui était batteur. Ensuite, on s’est orienté vers un répertoire jazz fusion avec notamment Manu Codjia (guitariste chaumontais) et Philippe Bonneau (batteur bragard). C’est là qu’on a pris le nom de Brachay’s Band. En 1993, avec l’arrivée de Miguel Moreno, Patrick Grimaud et François Lefort, on s’est orienté résolument vers le blues. Je me souviens de notre premier concert. C’était le 23 juin de cette même année à Chaumont, au Central (l’actuel Khédive, ndlr) qui était tenu alors par un ancien boxeur», se remémore Lorenzo Sanchez. Le groupe a vu défiler du monde durant cette décennie d’existence. Patrick Machenaud s’est installé derrière les fûts, Abder Benachour à la basse et Johan Dagaard aux claviers. «On a changé plusieurs fois de tromboniste et de trompettiste», poursuit Lorenzo Sanchez.
Quand le groupe a finalement pris des trajectoires opposées en 2002, l’association BBB a continué sa mission au service du blues. Outre les concerts chaumontais, BBB a produit les premiers albums en solo de Lorenzo Sanchez et de Fred Chapelier. Elle fait partie du réseau France Blues, un centre de ressources qui a permis notamment au guitariste bragard de se frotter aux musiciens américains, il y a quelques années.
Le samedi 5 décembre, tous les amateurs de blues recevront le plus beau cadeau qu’ils puissent espérer. Le Brachay’s Blues Band sur scène. Le Père Noël existe. Il aime le blues !
A.S

L’épopée Chesterfield Café
Le Brachay’s Blues Band a joué dans les plus grands festivals franbrachays1ais consacrés au blues, en première partie de Lucky Peterson, de Gary Moore et de tant d’autres. Mais le souvenir le plus marquant pour Lorenzo Sanchez reste l’épopée du groupe au Chesterfield Café en 1999.
«On était au salon de la musique à Parie avec Marie (sa compagne). Elle est tombée sur le prospectus de concours national «Open Days». On a décidé d’y participer. Au départ, il y avait 300 postulants. Le Brachay’s Blues Band a été sélectionné sur cassette pour accéder aux demi-finales puis à la finale. On est arrivé à Paris dans un vieux camion déglingué. Les mecs nous ont pris un peu de haut, mais, quand on a commencé à faire les balances, les choses ont changé», s’amuse encore Lorenzo. «On avait un petit signe caractéristique Miguel et moi qui voulait dire : on va leur montré ce qu’on sait faire. Lors de la finale, il y avait notamment Thierry Ardisson dans le jury. On a discuté avec lui à la fin et il nous a dit : dès que je vous ai entendu jouer, mon choix était fait. Ca reste une grande fierté», se souvient Lorenzo. Durant deux semaines, les jeunes musiciens haut-marnais ont prouvé qu’il fallait désormais compter sur eux.
BBB

Le Brachay’s comme au bon temps
Ils ont vécu l’épopée du Chesterfield café et seront sur scène pour les 20 ans de l’association BBB : Miguel Moreno (chant et guitare), Lorenzo Sanchez (guitare), Patrick Grimaud (batterie), François Lefort (basse), Stéphane Matuchet (trompette), Philippe Chodet (trombone) et Jean-Claude Thyes (saxophone).

Deux extraits de l’album enregistré au Chesterfield Café en écoute ici