gocenkoGauthier04La discothèque idéale de Gauthier, frontman de Gocenko. Eclectique.

Thomas Fersen – Le jour du Poisson. Le meilleur parolier de la scène française. Fersen me touche énormément. Chaque mot sonne juste. Ce fabuleux fabuliste fantaisiste nous tient par la main sur le chemin des écoliers, au marché aux puces, dans le métro. Il dresse des portraits, nous dépeint des climats et pose ses atmosphères dans des swings, des ballades et des cha-cha-cha visités par l’ensemble Bratsch, par Richard Galliano ou Didier Lockwood, le tout arrangé par Joseph Racaille, une solide référence.
Morcheeba – Big Calm. Le meilleur opus de Morcheeba. Ces 45 minutes de pur bonheur nous transportent littéralement dès la première écoute de The Sea. Un album à la fois enivrant, planant et envoutant.
Paris-Combo – Living room. Du jazz au swing des années 30, en passant par la valse, des rythmes latinos ou tziganes, Paris Combo est inclassable. Certains y verront une veine rétro mais, avec les paroles qui sont tellement contemporaines, l’alliance devient résolument moderne.
Agnes Obel – Riverside. Une voix pure et sensuelle, un piano délicat, des mélodies entêtantes, des ballades qui nous emmènent en balade, au gré du courant d’une rivière mélancolique et tendre. De petites ritournelles, simples et apaisantes, au lyrisme pourtant fascinant.
Richard Cheese & Lounge Against the Machine – Tuxicity. Le top de la reprise décalée : Un crooner tchatcheur qui reprend tous les grands tubes américains façon cabaret lounge avec un orchestre swing jazz. C’est un ovni musical.