Après les hommages, les pogos. C’est un peu le sens qu’a voulu donner Damien Saez à la belle aventure du Manifeste, vaste projet, cathédrale à laquelle chaque pierre vient s’ajouter au fil des jours.
En décembre, le temps des hommages. Poignants. Au Bataclan. Mars et avril, celui du rock qui fait danser. Débutée il y a quelques jours, cette tournée des vastes salles impressionne. Systématiquement ouvert par un tableau vidéo qui sera, lui aussi, la petite pierre d’une œuvre cinématographique plus vaste, le concert décolle sur des airs nouveaux ou déjà connus. Et c’est ça qu’on aime : cet art de donner. De tout donner. Puis, après avoir fait couler la sueur, de revenir en fin de concert à des morceaux plus intimistes, encore plus touchants, à vous donner des frissons. Et tout cela… pendant quatre heures. Pas moins.
Fort du triple album Lulu, sorti le 10 mars, Saez nous emmène dans une magnifique aventure. Ça sera le cas, vendredi 17 mars au Galaxie d’Amnéville. Et le 5 avril au Zenith de Dijon.
A visiter : www.culturecontreculture.fr