Le Youth Festirock, finalité du stage “découverte des métiers de la scène” de la MJC, aura lieu ce mardi et mercredi à Chaumont. Cinq groupes sont au programme.

Pour sa 4e édition, le Youth Festirock revient au Nouveau Relax à Chaumont pour deux soirées mardi et mercredi à 20 h. Les jeunes stagiaires de l’activité “découvertes des métiers de la scène”, mise en place par la MJC lors des vacances de février, vont appliquer ce qu’ils ont appris. Cinq groupes se produiront : The kidneys, All punks, Hiller’s, Pray for humanity et Z’Plank. Le genre dominant demeure le rock, même si le groupe Pray for humanity penche plutôt vers le métal.
À part les Langrois de Hiller’s, les autres groupes se sont formés lors des métiers de la scène. Ces jeunes de 12 à 25 ans ont touché à tous les à côté d’un concert au-delà de la musique, le son, la lumière, l’organisation, etc. Mardi et mercredi, il y aura les jeunes sur scène et ceux chargés du bon déroulement des soirées à la buvette (sans alcool), aux entrées et à la gestion des groupes. «On leur fait prendre des responsabilités», indique Fabrice Montignon, directeur adjoint à la MJC.
Lors de ces métiers de la scène, un stage photo a été ajouté. «Le but est de réaliser un photo-reportage de la mise en œuvre du concert avec des interviews des groupes. Ça les obligera aussi à travailler avec les lumières lors du concert.»
Autre nouveauté pour cette édition 2017, l’installation d’un “village des associations”. «On souhaitait créer un temps pour permettre aux jeunes de rencontrer les différents acteurs du monde associatif et musical», explique Léo Poirson, administrateur à la MJC. «On va mettre en avant les activités créées par la MJC, montrer le parcours de jeunes qui ont connu le Youth Festirock et comment fonctionne une association dans ce milieu-là.» Lemon’s Art, présent ces soirs-là avec la MJC, Z’Plank et ASK, est une association issue d’un groupe. Elle a monté la semaine punk qui a eu lieu en février. Le groupe All punk s’est d’ailleurs formé à ce moment-là.
Rendez-vous mardi et mercredi pour un bon moment de musique. Parce qu’il n’y a pas uniquement l’organisation qui compte. S’amuser est aussi important. «Il y a l’aspect de transmission et il faut aussi que les jeunes profitent», sourit Fabrice Montignon.
L. M.

Après leur stage métiers de la scène (photo), les jeunes sont prêts à monter sur scèneet à gérer ce Youth Festirock.